Facebook est mort, vive les réseaux sociaux

J’ai ressenti dans ce témoignage de Ruby sur le site « mashable » une certaine empathie. Un retour vers le passé, du temps où je ne pouvais comprendre que mes parents, et quelques-uns de leurs amis, ne connaissaient ni certaines modes actuels ni certaines célèbres séries que je regardais: « Vivent-ils dans un autre monde ? Comment peut-on être si déconnecté ? Ils en font exprès, ce n’est pas possible ! », pestais-je, moi, qui n’étais pas plus autiste qu’un autre chérubin de mon âge, qui ne m’étais pas engouffré dans une culture underground inconnue de mes camarades de classe. Cependant, ce qui ressemblait, de la part de mes parents, au volontaire mimétisme des trois petits singes du serment d’Hippocrate, n’en n’était rien. Et si j’étais aussi dépassé ?

web2

Flickr, CC, par fishbraintexas

Facebook est « has been ». « J’ai 13 ans, et aucun de mes amis ne sont sur facebook », déclare Ruby. Les jeunes ne l’utilisent plus ( je ne serai donc plus un « jeune », une réflexion à approfondir, assurément: le débat est ouvert). Toutefois, quelles sont les raisons de ce désenchantement ?

Victime de sa célébrité, vilipendé dans les médias du fait de la frivolité avec laquelle il traite la vie privée des gens, facebook est devenu le courroux des parents, qui empêchent leur tête blonde de créer un compte. « Tu es trop jeune pour l’usité », est la litanie avec laquelle ont du vivre ceux qui sont nés autour de l’an 2000. C’est donc pour leur sécurité, pour leur bien.

De la vigilance à la négligence ? Frustrés de cet interdit, les teenagers se sont baladés sur le web, une sérendipidité qui les a conduit à découvrir et à apprivoiser d’autres réseaux sociaux: faites la connaissance de Vine, d’Instagram (racheté par facebook ), de Snapchat, de Google Plus, de Tumblr, d’Ask.fm, etc. Autant d’univers qui sont inconnus des parents. Du moins, méconnus, et tous potentiellement aussi dangereux que peut l’être le réseau social de Mark Zuckenberg. Cependant, on ne saurait apporter une sécurité à des choses que l’on ne connait pas, que l’on ne soupçonne pas. La popularité et les dérives d’Ask.fm peuvent le prouverLe prix de la sécurité sur le web est la vigilance éternelle (quotidienne)

Puis, les années passent, la sagesse s’invite dans le paysage de cette jeune génération qui a vouée un culte à facebook, du fait de cette interdiction parentale qui, de leur point de vue est forcément injustifiée et injustifiable. Toutefois, c’est comme avoir de grandes espérances sur l’adaptation de votre livre préféré au cinéma: l’attente est une excitation, la réalité une déception.

« Now, when we are old enough to get Facebook, we don’t want it », écrit Ruby avant de rajouter: « This leads me into my next point: Although I do have a Facebook, none of my other friends do. My friends just thought it was a waste of time. I decided to get a Facebook just to see what it was all about. I soon discovered that Facebook is useless without friends. My only friend is, like, my grandma. »

L’attaque est cruelle. Papa, Maman, Grand Papa et Grande Maman, n’ont pas hésité à s’emparer du réseau social de Mark Zuckerberg ; et ils seraient les seuls…

Le Guardian titre le 29 avril 2013: « Facebook loses millions of users as biggest markets peak », une information non contredite par Forbes qui affirme que Google plus arrive second dans le paysage « réseau social.» Facebook en perte de vitesse, facebook ringard ? Pourquoi ne suis-je pas au courant ?

Pourtant, regardez autour de vous. Sur des panneaux d’affichage dans la rue, dans des annonces publicitaires au Cinéma, ou à la TV, sur des paquets d’emballage, pléthore d’entreprises encensent le réseau social et ne cesse d’inviter les gens à s’y rendre: «  Rejoignez-nous sur facebook ! ». La tautologie me force à rétorquer qu’il n’y a pas que facebook dans la vie d’une génération connectée: Google plus, linkedIn, Tumblr, Vine, Ask.fm, Pinterest, Instagram, Flickr, Youtube, Quora ( que j’ai découvert il n’y a que quelques mois ), etc. Pour une société donnée, comme pour une entreprise de presse, chacun d’eux peut ( ou non) avoir une cohérence. M’enfin, avant tout, la question est: Pourquoi voulez-vous investir le monde des réseaux et des médias sociaux ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :