RH, People Analytics et servitude volontaire: et si on parlait management ?

Le travail, servitude volontaire ou source d’épanouissement ? Le tout réside dans le choix du labeur, et de son environnement. A vous, donc, de répondre à cette question.

Nous sommes en Algérie, il y quelques dizaines d’années de cela. Une entreprise de type industrielle ouvre, et le travail à la chaîne s’immisce dans un monde qui n’était pas habitué à un tel labeur.

Dans un premier temps, tout se passe bien. Mais le directeur remarque que ses ouvriers viennent un mois, puis repartent, et ne reviennent qu’un ou deux mois après. Étonné, il leur demande ce qu’il se passe ? Le motif de leur absence ? Leur réponse est tout aussi surprenante que logique: « Bien, j’ai travaillé un mois et je n’avais pas encore dépensé l’argent que j’avais gagné. Maintenant que c’est chose faite, je reviens accomplir ma tâche. »

Et à Pierre Rabhi, dans son ouvrage « La sobriété heureuse », dans lequel se trouve cette histoire ( mieux racontée), de poser cette question: Travaillons-nous pour vivre ? Ou vivons-nous pour travailler ?

Ce qui me rappelle un autre récit, celui d’une société américaine qui propose à ses employés des congés illimités. «Nous devons nous assurer que les employés n’y voient pas une manigance pour les spolier complètement de leurs congés», expliquait alors Jennifer Harding, la directrice des ressources humaines de l’entreprise WeddingWire, au Washington Post. Car les congés sont illimités, certes, mais à charge pour les employés de remplir leurs objectifs.

IBM ou Netflix proposent aussi à leurs employés de travailler d’où ils le souhaitent, et de prendre autant de congés qu’ils le veulent. Et comme le relate Slate.fr: « Laisser les employés travailler de la manière qu’ils veulent “ne peut qu’augmenter la productivité”, selon une employée d’Accessibility Partners, entreprise qui applique ce système “car cela permet aux gens de travailler quand ils le peuvent le mieux, et non sur des horaires conventionnels de 9h à 17h en semaine”. »Et de renchérir, sur ce cadeau empoissonné: « Une étude récente conduite sur plus de 5.600 travailleurs participant à ce système de vacances illimitées montre ainsi que 12% des participants culpabilisent de n’être pas au travail quand ils sont en vacances et que 30% des personnes partant en vacances prévoient de contacter leur bureau et d’emporter du travail. »

people-analytics

RH, le changement de paradigme (la révolution?) de Google. Depuis 2011, la firme de Mountain View innove et fonde toute sa politique en Ressources Humaines sur des statistiques, ce qui donne naissance à un département: le « People Analytics ». Un schisme quant à la fonction RH telle que pratiquée au 20iéme siècles.

« Le management des gens est un point stratégique », surtout dans les entreprises où l’innovation, comme Google, est le « core business », explique le Dr John Sullivan. Car « l’innovation vient d’eux et vous ne pouvez maximiser vos innovations si vous n’êtes pas capables de recruter et ensuite de retenir les innovateurs. » Dés lors, il est nécessaire que les salariés puissent évoluer dans un « environnement qui supportent l’innovation ». Et de conclure: « Si vous voulez une série d’innovations, vous avez besoin de ré inventer la traditionnelle fonction RH et les procédures qui conduisent à l’innovation. » Selon l’entreprise de Mountain View, l’innovation dépends du cumul de trois facteurs: l’apprentissage, la collaboration et le « fun ».

Aussi, dans le cadre de son projet « Oxygen », qui a ensuite donné naissance au fameux département « People Analytics », Google a mis en lumière les comportements vertueux qui doivent animer ses managers, et qui sont transposables dans toutes les entreprises (source The New York Times):

– Être un bon coach
– Renforcer son équipe et éviter l’ingérence
– Montrer de l’intérêt pour les succès des membres de son équipe et pour le bien-être personnel
– Être productif et axé sur les résultats
– Être communiquant et écouter son équipe
– Aider ses employés dans le développement de leur carrière
– Avoir une vision et une stratégie claires pour l’équipe
– Avoir des compétences techniques clés pour pouvoir aider et conseiller l’équipe

Des RH prédictives. De même, Google a élaboré un algorithme qui peut prédire « le moment où un collaborateur sera tenté d’aller voir ailleurs, et donc d’agir en amont pour éviter la fuite de talents. »

En d’autres termes, en perpétuelle évolution et remise en question:« Le management est le plus vieux des métiers et la plus récente des professions. »(Lawrence Lowell).

google-batiment

Carlo Ovens, Flickr

Pour aller plus loin: N’oubliez pas La sobriété heureuse: « Désormais, la plus haute, la plus belle performance que devra réaliser l’humanité sera de répondre à ses besoins vitaux avec les moyens les plus simples et les plus sains. Cultiver son jardin ou s’adonner à n’importe quelle activité créatrice d’autonomie sera considéré comme un acte politique, un acte de légitime résistance à la dépendance et à l’asservissement de la personne humaine. La sobriété heureuse », Pierre Rabhi.

New-york-times-oxygen-google

The New York Times, Google « Oxygen »

Publicités

2 Commentaires

  1. Pingback: Connaissez-vous des Peter ? | McGulfin

  2. Pingback: Actiris / Pôle emploi et arborescence catégorielle: Where is my job ? | McGulfin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :